Effets indésirables de l’hormonothérapie

L’hormonothérapie, comme tout traitement, peut causer des effets indésirables. Mais ces effets ne sont pas systématiques, leur intensité varie selon les patients, et ils ne sont pas une fatalité. Pour toute information supplémentaire concernant ces effets secondaires ou d’autres effets auxquels vous faites face durant votre traitement, parlez-en à votre médecin ou votre infirmière.

Les bouffées de chaleur

Ce symptôme typique de la ménopause peut concerner les hommes placés sous traitement hormonal. 

Ces bouffées sont caractérisées par des accès de chaleur au visage et sur le torse qui peuvent s’étendre sur le corps entier, qui durent en général de 30 secondes à 5 minutes. Elles s’accompagnent de suées importantes qui peuvent conduire le patient à changer de vêtements plusieurs fois par jour, et sont gênantes, physiquement et moralement.

Des solutions pour les atténuer existent, et l’urologue et le médecin traitant peuvent être de bon conseil. Les principales précautions sont les suivantes : porter des vêtements amples, légers, de préférence en coton, fuir les changements de température brutaux, (le très froid ou le très chaud et l’air conditionné), éviter l’alcool, le tabac, les aliments épicés.

Eviter l’alcool, le tabac et les aliments épicés peut également vous aider, comme décrit dans la partie bien manger du programme Feel+®

Les Troubles de l’humeur

L’annonce d’un cancer, les effets d’une intervention ou de traitements, affectent émotionnellement le patient dans la majorité des cas. 

Le traitement hormonal arrive sur ce terrain fragilisé et il est susceptible, fréquemment, d’impacter son humeur et son moral. 

Ces changements peuvent consister en:

  • Une fatigue brutale, permanente ou régulière 
  • Une perte d’intérêt à l’égard des activités habituelles, 
  • Une perte d’énergie, de concentration, de patience. 

Le patient peut subir une dépression brutale ou progressive. Ainsi, outre les symptômes évoqués plus tôt, certains signes ne doivent pas être pris à la légère: 

  • Un sentiment rémanent de tristesse, 
  • Des pleurs, 
  • Une irritabilité, voire une agressivité qui s’expriment plusieurs fois par jour ; 
  • Des troubles du sommeil (trop de sommeil ou pas assez, fatigue dès le réveil, réveils en pleine nuit…) 
  • Des troubles de l’appétit (manger trop, ne plus manger) ; 
  • Une incapacité à prendre des décisions simples, 
  • Une tendance à se dévaloriser.

Rappelez-vous que ces changements peuvent aussi affecter vos proches. Il est important d’en parler, et de ne pas laisser le sentiment de déprime prendre le dessus en éludant le problème, pour ne pas qu’une vraie dépression s’installe. Mentionnez toute tristesse excessive à votre équipe soignante et n’hésitez pas à demander conseil pour consulter un psychologue.

Parler de comment vous vous sentez fait partie du programme Feel+.

Les troubles sexuels et la libido

L’érection et le désir dépendant largement de la testostérone, et il est admis que l’hormonothérapie provoque fréquemment des troubles de la sexualité et une altération, voire la disparition de la libido.

De nombreuses solutions existent pour vous aider à gérer l’aspect physiologique et émotionnel des effets secondaires de l’hormonothérapie sur la sexualité. Alors n’ayez pas peur d’en parler à votre médecin ou votre équipe soignante afin qu’ils vous disent quoi faire. Des sexologues font des gardes dans de nombreux départements d’urologie, et sont une bonne source de conseil et de soutien.

Les troubles de l’érection peuvent également être le signe d’une maladie cardiovasculaire sous-jacente, alors faites en part à votre médecin ou à votre équipe soignante car d’autres traitements existent pour les régler. 

Rester en forme et faire de l’exercice dans le cadre du programme Feel+ peut également contribuer à limiter les conséquences sur le plan sexuel du  traitement hormonal.

La diminution de la pilosité

Il arrive que le patient sous traitement hormonal voie se raréfier les poils de son torse et de son pubis. 

Prendre soin de soi de manière générale en mangeant mieux, en faisant de l’exercice et en pensant positif peut aider à améliorer son bien-être et permet de compenser cette altération de sa propre image.

L’augmentation de la masse graisseuse et la fonte des muscles

L’hormonothérapie peut être à l’origine d’une prise de poids, et en particulier de l’augmentation de la masse graisseuse (caractérisée par une répartition plus féminine, notamment au niveau de la poitrine), et d’une réduction de la masse musculaire. Parlez avec votre médecin ou votre équipe soignante de toute évolution, surtout si celles-ci vous inquiètent. 

Les muscles peuvent se fragiliser avec l’âge, mais la perte de masse musculaire (sarcopénie) peut être aussi liée à la réduction du niveau de testostérone. Cela peut se traduire par des difficultés à accomplir des tâches usuelles telles que le jardinage, la marche, le déplacement d’objets volumineux…

La souplesse et la pratique des exercices de renforcement décrits dans le programme Feel+ sont de bons moyens d’enrayer ces effets et d’accroître votre masse musculaire et votre force.

Les troubles métaboliques

La réduction du niveau de testostérone peut également entrainer une hausse des taux de « mauvaises graisses » dans votre sang, et en particulier le cholestérol et les triglycérides, ce qui peut conduire à une élévation inhabituelle et excessive du taux de glucose dans le sang par diminution de la sensibilité à l’insuline. Par ailleurs, une prise de poids au niveau des hanches est possible. 

Il est important que vous, votre médecin, et votre équipe soignante, preniez en charge ces changements, qui peuvent augmenter le risque de maladie cardiaque. Si besoin, des traitements préventifs peuvent être mis en place, combinés avec un régime équilibré et de l’exercice régulier, ce qui aidera à réduire le risque.

L’ostéoporose

L’hormonothérapie en traitement du cancer de la prostate peut être la cause d’ostéoporose, qui se caractérise par une fragilité excessive de l’ os avec pour conséquence un risque accru de fractures, non réversible à mesure que l’âge avance.

Pour évaluer comment l’hormonothérapie affecte vos os, un spécialiste peut décider de faire un bilan osseux (ostéodensitométrie). Il peut également vous prescrire des compléments (calcium, vitamine D), ou parfois un traitement médicamenteux. 

Une activité physique régulière et le renforcement musculaire, inclus dans le mangeant mieux, en faisant de l’exercice Feel+, aident à prévenir les risques d’ostéoporose.

Noter le contenu de cette page

Average: 4.7 (3 votes)

Feedback Form